Springfield contre Enfield

Traduction d’un article de Garry JAMES paru dans D.G.W. Blackpowder Annual 1983

 

Bien que le mousquet à canon rayé et la balle Minié eussent déjà prouvé leur valeur respective dans des conflits précédant la Guerre Civile Américaine, appelée en Europe Guerre de Sécession, le système n’avait jamais été essayé sur une échelle aussi vaste. Les Britanniques utilisèrent d’abord leurs fusils rayés Enfield à balle Minié en Crimée de 1854 à 1856 et pendant la Mutinerie d’Inde aussi appelée Révolte des Cipayes de 1857 à 1859, et leurs succès poussèrent d’autres pays, plus particulièrement les Etats Unis, à ré-évaluer et mettre à jour leurs antiques fusils à âme lisse en même temps que leurs manuels militaires. La « Guerre entre les Etats » vit des millions de fusils de type Minié de tous bords, les plus utilisés étant les Modèles 1855, 1858 et 1861 des Enfield anglais. Le Springfield et l’Enfield étaient considérés à cette époque comme les meilleurs fusils militaires rayés bien que, aussi bien à cette époque-là qu’aujourd’hui, tous les deux avaient leurs champions.

 

En fait, les autorités tant Fédérales que Confédérées, ayant chacune devant eux l’énorme tâche d’armer une multitude d’hommes, n’étaient souvent pas très regardantes quand il s’agissait de savoir où les armes avaient été achetées, et les produits issus de contrats des deux côtés de l’Atlantique étaient sujets à des variations subtiles en matière de style et de qualité. Mais les Springfield et les Enfield sont aussi les favoris de certains tireurs modernes, qui ont souvent déjà un préjugé favorable pour l’un ou pour l’autre. Le fait que ces armes donnent toutes les deux de bons résultats sur le terrain fait rarement changer un tireur d’avis, lequel continuera à s’en tenir obstinément au choix qu’il a fait lui-même. Franchement, depuis des années, j’ai tiré avec une quantité d’exemplaires des deux sans vraiment penser à cette mini controverse, mais une discussion un peu animée sur un stand récemment entre deux tireurs qui vantaient chacun les meilleurs mérites de leur arme respective, m’a poussé à faire une comparaison entre elles.

Nous avons pu trouver un Enfield Pattern 1853 et un Springfield Model 1863, nous les avons démontés, analysés, et mis à l’épreuve. Le test devait se faire avec le moins de considérations modernes possible, et seulement des projectiles, des charges et une manière de charger identiques à ceux de l’époque. Toutefois et avant d’entrer dans les détails de ces essais, un peu d’histoire sur le système Minié ne serait pas hors de propos.

 

Le concept du fusil rayé a depuis longtemps intrigué l’esprit des militaires, mais les procédures de chargement de la fin du XVIIe. Siècle et du début du XIXe., où il fallait descendre la balle dans le canon à coups de maillet ou bien l’ajuster laborieusement avec un calepin de cuir ou de tissu, limitait son emploi aux troupes spéciales. Vers les années 1820, les balisticiens militaires et les armuriers privés passèrent plus de temps à se pencher sur le problème d’une balle non calepinée, une balle que l’on pourrait descendre facilement dans le canon par la bouche, mais qui engagerait toujours les rayures de manière adéquate.

 

Beaucoup de leurs trouvailles s’encrassèrent littéralement dans les épais résidus de poudre noire brûlée, l’éternelle plaie liée au projectile étroitement ajusté au canon. Il était évident que la solution serait une balle d’un calibre inférieur, qui pourrait se dilater et bien engager le haut et le fond des rayures. Le premier germe de l’idée de la balle expansive semble venir d’un certain Capitaine John NORTON, de retour en Angleterre après son service en Inde. Son projectile, tel qu’il fut présenté en 1824 au British Select Committee on Firearms, ou la Commission Britannique de Sélection des Armes, était de forme cylindrique, creux sur presque toute sa longueur. Cette chambre contenait également la charge de poudre. La balle était suffisamment petite pour tomber au fond du canon, et l’explosion de la charge forçait théoriquement les parois tendres de la balle contre les rayures, formant du même coup un joint parfait pour les gaz. Le Comité refusa d’essayer le plan de NORTON, décidant sèchement « qu’une balle sphérique était la seule forme de projectile adapté pour l’usage militaire ». Les Anglais seraient-ils aussi cons que les Français ? Oh, que oui, entends-je dire…

 

 

Presque au même moment en France, le Capitaine Gustave DELVIGNE conçut un canon rayé avec une petite chambre dans la culasse. Une balle ronde, sous-calibrée, était introduite dans le canon par la bouche et venait se poser sur les arêtes vives de la chambre. Quelques coups vigoureux avec une lourde baguette de fer sur la balle aplatissaient le plomb tendre et l’ajustaient aux rayures. Le système de DELVIGNE fonctionna quelque peu, mais la déformation de la sphère la faisait voler de manière erratique quand elle quittait le canon. En 1833, le Lieutenant-Colonel PONCHARRA modifia le système de DELVIGNE en ajoutant un calepin graissé sur la balle pour nettoyer le canon, et en fixant un petit sabot de bois à la base de la balle pour réduire la déformation causée par les coups de la baguette au chargement. Les carabines fonctionnant selon le système DELVIGNE-PONCHARRA furent versées à une Compagnie de Chasseurs à Pied en 1838 à titre d’essais, et le système fut adopté en 1840 en dotant dix bataillons des Tirailleurs de Vincennes, qui utilisèrent la carabine avec succès en Algérie. En Angleterre, le fameux armurier de Birmingham, William GREENER, s’était également attelé à la tâche de développer une balle expansive. Son plan, tel que proposé au Board of Ordonnance en 1835, consistait en un projectile ovale en plomb, avec une base plate et une chambre étroite faisant presque toute la longueur de la balle. Un bouchon en fonte de forme conique et une tête en forme de bouton était placé dans la cavité. On pouvait charger la balle facilement et, au moment du départ du coup, le bouchon conique partait vers l’avant, dilatant le projectile en le poussant dans les rayures. A la fin de 1835, une compagnie du 60e. Rifle essaya le système de GREENER de manière exhaustive et, selon les archives qui en restent, fut très satisfaite. Pourtant les autorités ne furent pas impressionnées et rejetèrent le projectile de GREENER parce que c’était un projectile composite. Les Anglais étaient vraiment aussi cons que les Français !

 

Le chapitre suivant de cette histoire nous ramène de l’autre côté de la Manche, dans l’atelier du Capitaine THOUVENIN. En 1843, il conçut sa « carabine à tige », un autre système basé sur l’expansion de la balle au moyen de la baguette de chargement. Son système différait de celui de DELVIGNE dans le fait qu’un projectile conique était dilaté par enfoncement sur une courte pointe, la « tige », fixée au fond de la culasse. Plus tard, THOUVENIN perfectionna le système en utilisant une baguette de chargement dont la tête était creuse, épousant la forme du nez du projectile, réduisant ainsi la déformation. Le système « à tige » fonctionnait mieux que celui de DELVIGNE, et il fut utilisé dans plusieurs corps de l’armée Française. En revenant un peu en arrière, nous nous apercevons que, vers la fin de 1842, DELVIGNE avait breveté une balle possédant beaucoup des caractéristiques de celle qui apparut ensuite et qui fut attribuée au Capitaine Etienne MINIE. DELVIGNE proposait une balle cylindrique à base creuse, qui se dilaterait sous le seul effet de l’explosion de la charge de poudre, en somme, ce que nous appelons aujourd’hui la balle Minié. On voit que les Français étaient aussi cons que les Anglais, eux aussi, en piquant l’invention de l’un pour l’attribuer à un autre, et en voulant donner un nom à tout le monde. Bien entendu, MINIE développa sa fameuse balle, et il le fit pendant qu’il était Chef d’Escadron à la forteresse de Vincennes. Comme on s’en aperçut en 1848, la balle de MINIE n’était rien d’autre que la balle à base creuse de DELVIGNE, avec un petit cône en fer à la base qui était poussé dans la cavité sous l’action des gaz. La balle de MINIE différait également un petit peu de son prédécesseur, dans sa forme. Les autorités militaires françaises étaient enchantées des performances de MINIE, mais se plaignirent que le petit bouchon de fer traversait souvent complètement la balle, en laissant au fond de l’arme un épais tube de plomb. On trouva également que le bouchon avait tendance à se libérer de la balle et voler aléatoirement en oblique par rapport au tireur, créant ainsi un danger pour ses propres camarades. Le bouchon de fer fut remplacé par un bouchon de bois. Les autres pays se rendirent vite compte des avantages du système Minié, et se mirent rapidement à faire leurs propres expérimentations. En 1850, les Belges adoptèrent le premier fusil rayé d’ordonnance, vite suivis par les Français et les Anglais. Donc, les Belges étaient moins cons que les Français et que les Anglais. Les Belges et les Français préféraient un projectile allongé avec des gorges de graissage annulaires et en calibre .69. Le calibre de 69, pour les Français on comprend, mais pour les Belges… Comme l’a noté le Major R. DELAFIELD dans son rapport au Congrès des Etats Unis sur l’Art de la Guerre en Europe en 1855, 1855 et 1856 : « Un troisième concept a été adopté par les Français, les Russes et d’autres, sur une base creuse en contact avec la poudre qui se dilate par l’explosion, remplissant ainsi toute l’âme du canon et s’ajustant avec les rayures du canon… avec trois gorges de graissage extérieures. »

 

Ces projectiles étaient attachés dans des cartouches en papier contenant la charge de poudre. Pour charger son mousquet, le soldat arrachait le bout de la cartouche avec ses dents, versait la poudre dans le canon, et asseyait la balle sur la charge avec la baguette de chargement. Toutes les armes tirant la balle Minié étaient du système à percussion, et une capsule de cuivre avec du fulminate de mercure était l’amorce universelle. Les Britanniques choisirent la balle conçue par l’armurier W. PRITCHETT qui, contrairement au modèle français, était lisse avec une cavité assez profonde. Le calibre du fusil Pattern 1851, appelé « minnie » par les soldats, était de .702. Sa balle Pritchett de 680 Grains était au calibre de .690. Les Britanniques décidèrent de garder le bouchon conique en fer. La balle était enveloppée dans un calepin de papier graissé, et insérée dans la cartouche base en haut. Pour charger, le soldat déchirait le bout de la cartouche avec ses dents, versait la poudre dans le canon, renversait la cartouche et poussait le tout, balle, papier et tout, dans le canon, ce qui déchirait le reste de papier et formait une bourre. Il asseyait ensuite la balle sur la charge avec la baguette de chargement et pouvait tirer. Très vite, les Britanniques eurent des problèmes avec le pas très serré du projectile en .690 Minié ce qui, couplé aux résultats des essais en petits calibres faits dans d’autres pays, les poussa à adopter le calibre de .577 et le célèbre fusil Pattern 1853. Les difficultés rencontrées avec le petit bouchon de fer amenèrent bientôt à le remplacer par du bois eux aussi. Avec cette munition, aidée d’un nouveau modèle de hausse pour le tir à longue distance, graduée jusqu’à 900 yards, la précision fut phénoménale pour l’époque. Le Pattern 1853 fut produit en quantités suffisantes pour voir du service en Crimée, où il devint vite l’arme favorite des soldats Britanniques.

 

Les Américains ne furent pas longs à tirer des leçons des Européens et, dès 1855, homologuèrent leurs propres fusils Minié. Le fusil U.S. modèle 1855 était une jolie arme, bien faite, en calibre .58. La balle de 500 Grains, conçue par le colonel BURTON de l’U.S. Army, était du type adopté par les Français, avec des gorges de graissage et sans le bouchon expansif. Toutes les armes des séries 1855 utilisaient le système d’amorçage à bande Maynard. Les Américains abandonnèrent bientôt le système d’amorçage Maynard pour la grande capsule à percussion « chapeau haut-de-forme », et en 1861 sortit un nouveau fusil Springfield. L’arme présentait le même chien bizarrement incurvé que son prédécesseur, et reprenait les mêmes lignes générales. Alors que les premiers 1855 possédaient une hausse sophistiquée en forme d’échelle graduée jusqu’à 900 yards, du même style que l’Enfield, on simplifia cet accessoire en 1858 par une version spartiate à deux feuillets, permettant une visée jusqu’à 500 yards au maximum. Le modèle 1861, probablement le fusil Yankee le plus utilisé pendant la Guerre, fut de nouveau transformé en 1863, encore que les transformations n’affectaient principalement que le chien en lui donnant sa forme familière en « S », et la suppression de la vis permettant le nettoyage à la base de la cheminée. Des milliers de « 61 » et de « 63 » furent fabriqués à l’Arsenal National, et plusieurs milliers d’autres par des sous-traitants civils comme Colt, Remington, S. Norris et W.T. Clemens, Whitney, etc.

 

Les fusils Enfield, eux aussi, firent l’objet de quelques petites transformations depuis leur mise en service en 1853. La plus importante fut en 1858 quand on élimina les ressorts retenant le canon, et qu’on adopta les grenadières serrées par vis, de type « Baddeley » et dites « bandes ». Egalement, la baguette de chargement, qui était retenue à l’origine dans le fût par un renflement venant s’ajuster dans une rainure prévue à cet effet, fut remplacée par une baguette droite maintenue fermement dans le fût par un ressort en forme de cuiller. Les Britanniques décidèrent que leur arme porterait trois rayures, au pas de 6 ½ pieds pour un tour. Les Américains furent d’accord, mais changèrent le pas à 6 pieds pour un tour. Alors que le calibre choisi par les Britanniques était de .577 et celui des Américains de .58, on se rendit compte bien vite que les Enfield pouvaient aussi tirer les munitions américaines. En raison de sa dépendance des armes d’importation, la Confédération fit cependant du .577 son calibre officiel. Les fusil Enfield qui ont été utilisés pendant la Guerre Civile Américaine furent produits à plusieurs endroits. Il y eut même des copies Rebelles et Yankee. Les ateliers qui produisirent probablement la majorité des armes importées durant la rébellion se trouvaient aux alentours de la ville armurière de Birmingham. La période des premières années 1860 fut particulièrement prospère pour les armuriers britanniques, puisque de grandes quantités de leurs produits ne furent pas seulement livrées à leur propre armée ou unités de milice et aux américains, mais aussi à des factions guerrières en Chine, où la rébellion cataclysmique de Taïping battait son plein.

Les Springfield, pour cet article nous utiliserons ce terme pour les « 61 » et les « 63 » également produits par les sous-traitants, étaient pour la plupart finis polis avec les garnitures en fer, bien que les platines sur les « 63 » fussent jaspées. Les fûts étaient en noyer huilé. Les Enfield avaient généralement des garnitures en laiton, mais le fer n’était pas rare, les canons étaient bronzés bleu foncé, et les platines jaspées. Les fûts étaient également en noyer huilé. Les deux armes étaient équipées de baïonnettes triangulaires qui se fixaient au canon par une virole tournant autour du guidon. La lame britannique mesurait 17 pouces et elle était un peu plus forte à la base où elle rejoignait le quillon. La baïonnette du Springfield était longue de 18 pouces et sa forme ressemblait plus à celle du modèle français. Les fourreaux différaient considérablement, la version britannique était faite en cuir noir avec une calotte et un collet en laiton, et un raidisseur intégral qui s’ajustait dans un porte-baïonnette ou un brandebourg séparés. Le fourreau Yankee était également en cuir noir avec une calotte en laiton, mais le porte-baïonnette était attaché en permanence en haut. Le fourreau britannique se portait au droit de la ceinture, alors que l’angle formé par le modèle américain le faisait pencher en avant, le rendant plus facile à saisir.

 

Comme précisé au début de cet article, les armes qui ont été choisies pour notre test sont les types standard du genre, mais une description un peu détaillée de chacune ne serait pas hors de propos. L’Enfield était une variété standard du Pattern 53. Le canon était marqué des poinçons de Birmingham, mais la platine, bien qu’entourée d’une ligne, ne portait aucun marquage, ce qui signifie que l’arme a plus que probablement été destinée à un usage par la milice. Sur les armes fournies aux troupes régulières britanniques, les platines étaient marquées de la Couronne de la Reine surmontant les lettres VR, pour « Victoria Regina ». La date et le fabricant, comme Enfield, Potts & Hunt, etc., étaient gravés devant le chien. Le canon de 39 pouces gardait encore des traces du bronzage d’origine, et l’intérieur du canon était pratiquement parfait, les trois rayures étant bien visibles depuis la bouche. Les baguettes d’Enfield firent l’objet d’une quantité de tests considérable avant que le modèle fût déposé. Sur l’arme de nos essais, la tête était fraisée et découpée. L’entaille pouvait être utilisée pour y fixer le chiffon de nettoyage, ou un tournevis pouvait y être inséré pour créer un bras de levier plus grand lorsqu’on essayait de sortir une balle avec le tire-balle qui se vissait à l’autre extrémité de la baguette. Dans l’ensemble, le travail de finition sur l’arme d’essais était excellent. L’ajustage du métal au bois était bon, et les décorations étaient gravées, pas poinçonnées. Comme accessoires, les Enfield avaient un petit outil combiné très pratique, d’abord remis aux sergents et aux caporaux, comprenant une clé de ressort, un tournevis, un débouche-cheminée, un tire-balle, une clé de cheminée et un huilier, plus un bouchon de canon en liège garni de fer ou de laiton, et un couvre-cheminée en cuir qui était attachait au fusil par une chaîne en laiton et qui permettait au soldat de tirer à sec avec son arme. Une cartouche originale d’Enfield a pu être examinée. Il s’agissait d’un objet complexe, fait de plusieurs bandes intérieures et extérieures, gommées. L’objet était robuste, et les soldats le trouvèrent facile à utiliser pour le rechargement au combat.

 

Notre arme de Yankee était un modèle « 63 » fabriqué par la Trenton Locomotive & Machine Works à Trenton, état du New Jersey. Sur la platine, il restait des traces de jaspage, bien que le reste de l’objet, y compris le canon de 40 pouces, était poli blanc. Le fût était en bon noyer, marqué comme il le fallait avec les tampons des inspecteurs. La baguette présentait la tête de tulipe classique avec son renflement, et son extrémité était filetée pour recevoir les accessoires standard. Les marquages de la platine indiquaient « U.S. / Trenton » et l’aigle américain était gravé sur le support de cheminée. Dans l’ensemble, la finition était au moins aussi bonne, sinon meilleure, que celle de l’Enfield. Les accessoires de ces armes, à l’exception d’un outil composite multiple assez rare, étaient généralement portés séparément. Ils incluaient un tournevis démonte-cheminée à trois têtes, une clé de ressort, un chasse goupilles, un tire-balles, un lavoir et un bouchon de canon en bois tourné. La cartouche du Springfield était plus simple que celle de l’Enfield, et n’était rien d’autre qu’une enveloppe enroulée, attachée à l’avant et contenant une balle, tête la première, et la poudre. Tout comme la munition britannique, elle avait une queue longue et plate que le soldat pouvait déchirer avec ses dents pour mettre la poudre à nu. Le soldat américain recevait ses capsules d’amorçage dans une feuille de papier enroulée et attachée sur l’un des côtés. Les capsules Crown étaient distribuées dans des boîtes en étain, d’abord portées dans la giberne, puis contenues plus tard dans la petite sacoche à amorces à la manière américaine.

 

Les projectiles et les charges qui ont été choisis pour les essais étaient, pour les spécifications des années 1860, une balle Pritchett de 530 Grains et de calibre .568 avec 2 Drams et demi, soit 68 Grains, de poudre noire FFg pour l’Enfield. Pour le Springfield, nous avons pris une balle Minié Lyman # 575213 « original-style », assise sur 60 Grains de FFg. Les projectiles étaient graissés avec un mélange de cire d’abeille et de suif, et les tirs se sont effectués par séries de cinq coups, en nettoyant entre les coups. Ceci reproduit en quelque sorte les conditions dans lesquelles les armes auraient servi au combat. Sauf que je ne suis pas sûr que le soldat avait le temps de passer un coup de chiffon entre les coups sur un champ de bataille, spécialement pas avec un officier dans le dos qui le poussait à foncer en avant avec son sabre.

 

Sans entrer dans une description fastidieuse de chaque série coup par coup, il est peut être intéressant de noter les impressions générales que nous avons eues au cours d’un après-midi de tir. D’abord, en dépit d’une balle plus lourde et d’une charge plus importante, nous avons trouvé que l’Enfield était beaucoup plus doux à tirer que le Springfield. On peut probablement attribuer ce fait à la crosse de l’arme britannique, plus droite, et à la plaque de couche plus incurvée, comme sur un fusil de chasse. La plaque de couche plate du Springfield punissait après quelques coups répétés. Sur notre Enfield, la détente était infiniment meilleure que celle du Springfield, bien que l’expérience ait prouvé que les poids de détente peuvent varier considérablement d’une arme à l’autre dans le même type, et nous ne condamnerons pas le Springfield pour cela. En fait, les mécanismes des deux armes sont pratiquement identiques. La baguette de chargement de l’Enfield était plus forte que celle du Springfield, mais ce dernier se chargeait tout aussi facilement que l’autre. Au nettoyage, en particulier avec les lavoirs en forme de tire-bouchon, nous avons trouvé que le fait que la baguette de l’Enfield avait plus de viande était un plus. Du même coup, une tige passée à travers l’échancrure de la tête nous a permis de sortir facilement un morceau de chiffon qui était resté dans le canon. Quand la fumée se dissipa, le groupement de l’Enfield, à 100 yards et sur appui, mesurait 4 pouces, et celui du Springfield mesurait 7 ½ pouces. Aucune difficulté ne fut rencontrée sur l’une ou l’autre des deux armes pour le rechargement, même après le tir de quelques séries jusqu’à dix coups. On dirait que ces cons-là n’ont tiré que dix coups à peine avec chaque arme ; c’est donc normal que leurs essais n’ont duré qu’un après-midi. L’allumage sur les deux armes était sûr et constant, et nous n’avons pas eu de ratés à attribuer à une mauvaise conception. Le mec ne dit pas s’il a eu des ratés ou s’il n’en a pas eu, il dit simplement cela pour remplir des lignes.

Le but de ces essais était de voir lequel, de l’Enfield ou du Springfield, était supérieur à l’autre, et je ne peux pas vraiment me prononcer. Alors que les deux armes se sont très bien comportées dans le rôle pour lequel elles avaient été conçues, je donnerai toutefois la préférence à l’Enfield. Ce choix n’est pas seulement lié aux performances, mais à des facteurs de conception, comme la baguette de chargement de l’arme anglaise qui était bien supérieure à celle de son concurrent, et d’autres plus intangibles, comme l’esthétique et l’attention générale donnée aux détails dans la fabrication. L’outil combiné de l’Enfield était une amélioration notoire par rapport aux outils séparés du Springfield, mais il faut se rappeler que le soldat américain était doté de pratiquement tous les accessoires, çà je n’en suis pas si sûr, quand le soldat britannique dépendait largement de l’outil porté par son sergent. Là, nous avons un petit coup de pouce. Les baïonnettes étaient au moins aussi efficaces l’une que l’autre, je parie que le mec ne les a même pas essayées sur ses petits copains, et les fourreaux tout aussi pratiques. Alors que les organes de visée de l’Enfield sont plus complexes et de meilleure qualité que ceux du Springfield, même les experts des années 1860 admettaient qu’une distance de 900 yards était très optimiste pour un fusil tirant la balle Minié. La hausse à deux feuillets du « 63 » est certainement plus adéquate et, d’un point de vue de durabilité et de coût de fabrication, c’est assurément un plus. Inutile de le dire, un après-midi de tir pour les deux fusils sélectionnés n’est en aucun cas un test qui pourrait faire autorité. Plusieurs personnes ont tiré avec les armes, cependant, et l’avis général rejoint ce qui est écrit ci-dessus. J’ai tiré depuis des années avec plusieurs Springfield et Enfield mais, prises à part, il n’y a pas de différence particulièrement notoire entre l’une ou l’autre de ces armes. Je suis sûr que c’était aussi le cas pendant la Guerre Civile. Les hommes se rendaient compte qu’elles représentaient ce que leur gouvernement avait de mieux à leur fournir ou procurer, et ils étaient satisfaits de cette idée. Les pertes énormes dans les deux camps sont une autre preuve de l’efficacité mortelle de ces deux fusils.

 

ILLUSTRATIONS

 

 

Springfield-contre-Enfield-1A gauche, deux balles d’origine retrouvées sur un ancien champ de bataille de la guerre de Sécession, soit la balle Pritchett et la balle Minié. On remarque la forme pointue de la balle Minié. Rien à voir avec ce qui sort des moules disponibles couramment dans le commerce aujourd’hui. A droite, les balles coulées par l’auteur.

 

Springfield-contre-Enfield-2

 

Plan de la balle d’origine. Je retiens : calibre de .5775, poids 500 Grains pour 60 Grains de poudre à gauche, destinée au fusil, et 450 Grains pour 40 Grains de poudre à droite, destinée à la carabine.